Les 15 moments les plus marquants de l’histoire de la Coupe du monde

shocking world cup moments

Des larmes, des buts incroyables, des joueurs légendaires et même un peu de drame. Êtes-vous prêt à revivre les moments forts de l’histoire de la Coupe du monde ?

N’oubliez pas d’utiliser ExpressVPN pour regarder les matchs, les buts et les moments forts de la Coupe du monde 2022 en streaming direct, gratuitement et en toute sécurité !

Brésil 1-7 Allemagne (2014)

Le Brésil a accueilli la Coupe du monde 2014 et est entré dans le tournoi en tant que favori en gagnant contre la Croatie 3-1. Contre l’Allemagne, les deux équipes ont abordé le match de demi-finale avec des records inégalés. Personne n’aurait donc pu prédire l’incroyable défaite des Brésiliens face aux Allemands. La Nationalmannschaft est devenue l’équipe qui a marqué le plus de buts dans l’histoire de la Coupe du monde et a remporté sa quatrième Coupe du monde.

Le penalty manqué par Baggio (1994)

Lors de la finale de la Coupe du monde 1994 contre le Brésil, la légende italienne Roberto Baggio et les Azzurri se sont inclinés 3-2 aux tirs au but après avoir fait match nul 0-0 dans le temps réglementaire. Baggio, également connu sous le nom la queue de cheval divine, a manqué un tir au but dans ce qui est devenu un moment de profonde émotion nationale. Baggio a joué son dernier match international pour l’Italie en 2004, deux ans avant que l’équipe ne remporte la Coupe du monde grâce à une victoire éclatante sur la France. 

La main de Dieu (1986)

Diego Maradona, adoré, controversé, le génie du football, le gamin en or (el pibe de oro)… Et tout cela est parfaitement résumé par le but qu’il a marqué en quart de finale contre l’Angleterre lors de la Coupe du monde au Mexique en 1986. Maradona marque le premier but, tout le monde applaudit, mais… Il a admis plus tard que le but a été marqué un peu avec la tête de Maradona et un peu avec la main de Dieu. L’Argentine a ensuite battu l’Allemagne de l’Ouest pour remporter la Coupe du monde 1986, Maradona ayant marqué cinq buts et délivré cinq passes décisives.

Le coup de tête (2006)

Le Français Zinedine Zidane est une légende et l’un des plus grands joueurs de football que le monde ait jamais connu. À Berlin (en 2006) son geste de colère contre Marco Materazzi et l’Italie en finale a déclenché une controverse qui restera dans les mémoires comme le coup de boule de Zidane. Le match était à 1 -1 lorsque Zidane et Materazzi ont eu une dispute qui s’est terminée par un violent coup de tête du Français. Zidane a reçu un carton rouge. La finale s’est terminée aux tirs au but. Sans leur capitaine, les Bleus se sont inclinés face à l’Italie 3-5. 

Trahison entre coéquipiers (2006)

En 2006, l’Angleterre et le Portugal se sont affrontés, tout comme les coéquipiers de Manchester United, Wayne Rooney et Cristiano Ronaldo. Durant le match, Rooney a heurté les parties intimes du joueur portugais… L’arbitre a décidé d’intervenir, tout comme Ronaldo, qui a convaincu l’arbitre d’exclure Rooney par un carton rouge. Alors que l’Anglais quittait le terrain en colère, Ronaldo fit un clin d’œil à ses coéquipiers en signe de victoire. 

Le match de la honte (1982)

La Coupe du monde 1982 en Espagne est riche en rebondissements ! L’Allemagne de l’Ouest et l’Autriche devaient s’affronter lors du dernier match de leur groupe, sachant qu’une victoire d’un ou deux buts de l’Allemagne de l’Ouest permettrait aux deux équipes d’accéder au deuxième tour. Après 11 minutes, Horst Hrubesch a marqué un but. Ensuite, les joueurs ont tout simplement arrêté de jouer ! Les 20 dernières minutes sont une sorte de farce, au grand dam de la foule qui huait. Pour éviter de telles situations, la FIFA a décidé de modifier les règles : les quatre équipes d’un groupe sont désormais tenues de disputer leur dernier match simultanément.

Le miracle de Berne (1954)

Ce moment était si surprenant qu’on en a même fait un film ! L’Allemagne de l’Ouest jouait contre une équipe invaincue connue sous le nom de l‘équipe en or, la Hongrie. Alors que le score est de 2-2 pendant la majeure partie du match, Helmut Rahn marque le troisième but décisif à six minutes de la fin, offrant ainsi à l’Allemagne de l’Ouest sa première victoire en Coupe du monde. Les Allemands célèbrent ce succès, désormais connu sous le nom miracle de Berne.

Colombie contre les États-Unis (1994)

Tous les événements de la Coupe du monde ne sont pas heureux. En 1994, le joueur colombien Andrés Escobar a marqué un but contre son camp lors d’un match contre les États-Unis, entraînant une défaite 1-2 pour les Colombiens (largement favoris) et leur élimination du tournoi. Quelques jours après son retour en Colombie, Escobar, âgé de 27 ans, a été abattu par des gangsters qui auraient perdu de l’argent en pariant sur la participation de la Colombie à la Coupe du monde. Le meurtre d’Escobar a choqué le monde entier et a fortement entaché la réputation de la Colombie. L’incident a été évoqué dans le film Les deux Escobar (The Two Escobars) en 2010. 

L’Italie face à la Corée du Sud (2002)

En 2002, la Corée du Sud et le Japon ont organisé conjointement la Coupe du monde. L’Italie était l’une des équipes favorites pour remporter la compétition, surtout après avoir laissé une bonne impression contre la France lors de la finale de l’Euro 2000. Cependant, cela n’a pas été le cas. Les changements d’entraîneurs ont entraîné un premier tour difficile pour l’Italie, qui s’est vu refuser quatre buts. La Corée du Sud a pu terminer en tête de son groupe sans défaite. Lors du choc tant attendu, les deux équipes se sont quittées sur un score nul de 1 à 1 au terme du temps réglementaire, avant que la Corée du Sud n’inscrive le but de la victoire à la 117e minute. Les Azzurri (et une grande partie de l’Italie) ont crié à l’injustice, pointant du doigt (à juste titre) une série de fautes commises par l’arbitre principal Byron Moreno. La théorie du complot est toujours d’actualité… Pour en savoir plus sur ce match, consultez cet article de The Guardian

Le Cameroun surprend l’Argentine (1990)

Nous sommes en Italie (1990). Les champions du monde, menés par Maradona, abordent ce match face au Cameroun en pensant qu’ils n’ont rien à craindre. Au final, ils s’inclinent 0-1 face au Cameroun dans ce qui est considéré comme l’une des plus grandes surprises de l’histoire de la Coupe du monde, d’autant plus surprenante que deux joueurs camerounais ont eu des cartons rouges. La victoire est réjouissante non seulement pour le Cameroun, mais aussi pour toute l’Afrique, puisque des scènes de joie remplissent les rues du continent en cet été 1990.

Rijkaard crache sur Voller (1990)

Un autre match en 1990 a également donné lieu à deux cartons rouges : lors d’un huitième de finale entre l’Allemagne de l’Ouest et les Pays-Bas, le milieu de terrain néerlandais Frank Rijkaard a craché sur Rudi Völler. L’arbitre a expulsé les deux joueurs. L’Allemagne de l’Ouest s’est imposée 2 à 1  face à l’Argentine et a remporté la Coupe du monde. 

Ce que signifie Maracanazo (1950, 1989)

Cela fait référence à deux moments historiques différents : en 1950, l’Uruguay a battu le Brésil dans le stade Maracanã et a remporté, contre toute attente, le titre de champion du monde. Le mot Maracanazo signifie donc battre une équipe dans son propre stade, à la surprise générale. Cependant, ce terme fut également utilisé lors des qualifications pour la Coupe du monde dans ce même stade (en 1989), quand le gardien de but chilien Roberto Rojas prétendit avoir été blessé par un projectile provenant des supporters brésiliens, car son équipe perdait la qualification et il voulait inverser le résultat. Finalement, la FIFA l’a suspendu et il a connu des moments difficiles dans son pays.

But de Landon Donovan à la fin du temps réglementaire (2010)

Comparée à des pays comme l’Allemagne, l’Italie, le Brésil et l’Argentine, la liste des moments forts des États-Unis en Coupe du monde est extrêmement courte. Pourtant, à l’été 2010, le pays tout entier a regardé Landon Donovan marquer le but de la victoire à la fin du temps réglementaire contre l’Algérie pour éviter un match nul 0-0 (ce qui aurait entraîné l’élimination au premier tour). Grâce à cette victoire, l’équipe des États-Unis s’est hissée en tête de son groupe, pour la première fois depuis 1930, et s’est qualifiée pour les huitièmes de finale… où elle s’est rapidement inclinée face au Ghana. Mais pendant ce bref moment de gloire, le football a capté l’attention du pays, avec des bars remplis de supporters et des inconnus entonnant l’hymne national dans les rues. 

Luis Suárez mord Giorgio Chiellini (2014)

Encore une agression physique au Brésil (2014) sur un joueur italien ! Lors d’un match à élimination directe entre une équipe uruguayenne étonnamment solide et l’Italie. L’attaquant uruguayen Luis Suárez a mordu l’Italien Giorgio Chiellini en première mi-temps, après une confrontation entre les deux. Suárez, qui a la réputation d’être un peu vicieux, a mordu son rival à l’épaule en prétendant qu’il s’agissait d’un accident. Chiellini a essayé de montrer la marque sur son épaule, mais l’arbitre n’était pas d’accord. Deux minutes plus tard, Diego Godín a marqué le but qui a permis à l’Uruguay de passer au tour suivant. 

La célébration de Marco Tardelli (1982)

S’il y a une image qui représente l’émotion suscitée par la Coupe du monde, c’est bien la célébration par Marco Tardelli de son but contre l’Allemagne de l’Ouest lors de la Coupe du monde 1982 en Espagne. Après avoir marqué, Tardelli a couru, les larmes aux yeux, les bras levés et criant d’excitation. Des années plus tard, il a expliqué les émotions qu’il a ressenties : « Je me suis rappelé quand j’étais enfant et quand j’avais commencé à jouer au football. » Sa célébration a influencé d’autres joueurs après lui.

La Coupe du monde 2022 nous fera-t-elle ressentir les mêmes émotions ? À suivre…